Skip to content

Hayley revient sur les périodes Riot et Self-Titled

_MG_0523

Dans une nouvelle interview accordée à TrackSeven, Hayley revient sur l’ère Riot:

« On était des enfants avant la sortie de Riot! On était même encore des enfants longtemps après ça! Je me souviens, il y a même une vidéo de ça d’ailleurs, de nous en train de traîner dans un parc, Taylor était là aussi. C’était au printemps 2007, et on jouait dans un champs tous ensemble. Est-ce qu’on peut faire plus innocent que ça? De beaucoup de façons, ça a été la dernière période où tout était simple pour nous en tant qu’amis.”

“Il y avait beaucoup d’excitation autour de la sortie de l’album, et on savait que ça allait être quelque chose qu’on n’aurait jamais connu jusque là. Bon, à ce moment-là, on n’avait encore qu’un seul album à notre actif… mais disons qu’on sentait que les gens, ou en tout cas les personnes auxquelles on pensait, allaient comprendre le concept. Surtout une fois que tout l’esthétique et le visuel de l’album prenaient tout leur sens, sans problème. C’était un moment unique.”

« Quelques temps avant la sortie de l’album, on était en route pour un concert à Londres, au Underworld. On regardait dehors depuis notre voiture et j’ai vu le mot “RIOT!” peint sur le côté d’un des immeubles, à quelques kilomètres de la salle. Je savais que c’était pour nous parce que ça avait la même police d’écriture, comme sur la pochette de notre album. A ce moment-là, je me suis écriée “Les gens nous comprennent! C’est le meilleur signe qu’on ait pu avoir…que les gens se l’approprient.”

Sur les sponsors:

« C’était vraiment étrange. Sur une tournée, on était partenaires d’une marque de téléphone, et on ne devait utiliser que les téléphones de cette marque. Moi j’avais juste envie de me balader de manière arrogante avec mon Sidekick III. Mais bon, on a passé deux mois à faire semblant d’utiliser leurs portables et ils ont d’ailleurs fini par fermer un an plus tard.”

Suite au succès de Riot:

 « Le succès de l’album a semblé mettre une ombre sur la pureté qu’on avait quand on a commencé le groupe. Sur la première grosse tournée qu’on a faite pour Riot! En automne 2007, on a joué dans des salles magnifiques. On y avait fait des premières parties mais on n’y avait encore jamais joué avec nos propres shows. Beaucoup de nouveaux fans sont venus nous voir et on voulait leur prouver qu’on était bien plus que ce qu’ils voyaient de nous sur MTV. Il y avait quelque chose de plus profond en nous que ce qu’ils voyaient sur des posters où on avait des coupes de cheveux à la MySpace.
Sur cette tournée, on a fait une reprise de Sunny Day Real Estate. C’était une de nos chansons préférées, elle durait 6 minutes, et seulement quelques personnes la connaissaient chaque soir. C’était une bonne manière de se rappeler d’où on venait, alors que tout devenait dingue autour de nous. Ca nous rappelait quand on répétait après les cours chez les Farro ou chez les York, dans leur cave…on apprenait des chansons de groupes qu’on adorait.”

“Je crois que la raison pour laquelle j’ai passé du temps à repenser à cette période Riot, c’est parce que ces souvenirs constituent vraiment un “pivot” dans nos vies personnelles, encore plus que pour Paramore. Pour moi, c’est vraiment à partir de là que la vie est devenue plus compliquée. Je suppose que c’est ce que tout le monde ressent quand ils repensent à leurs années lycée et qu’ils doivent faire face à la vraie vie.”

« Ce que je retiens de cette période, c’est qu’on a eu cet âge d’or pendant un été durant notre vie, c’est vraiment ce qu’on ressent avec Riot. On peut essayer de s’y raccrocher toute notre vie…ou alors on peut l’apprécier pour ce que c’était et avancer. Il faut qu’on trouve nos prochains été d’âge d’or. Ces autres saisons où on se sentira à notre place. Est-ce qu’on peut apprécier l’endroit où on se trouve aujourd’hui, si on est constamment en train de regarder en arrière? Il faut qu’on puisse se donner une chance nous-même.”

Sur les paroles d’Idle Worship:

« Je dirais que j’ai été aussi inspirée par l’ère de Riot! que celle de notre album éponyme. J’étais vraiment mise sur un piedéstal aussi pendant cette période. J’étais comme un superhéro qui pensait innocemment que toutes mes bonnes intentions me permettraient d’affronter toutes les épreuves auxquelles je pourrai faire face. Sauf qu’on ne se prépare pas à la vie comme ça. Ca arrive quand ça doit arriver. »

“Quand j’ai traversé ces moments plus difficiles, pendant nos trois années off, je n’avais aucune distraction. Pas de cape dans ma valise. C’était moi seule face au miroir de la salle de bain. Pas de selfies avec les fans pour me faire sentir invincible. Ca doit être dur pour les fans de Paramore d’entendre cette chanson… mais les gens doivent comprendre que je me laisse décevoir bien plus que n’importe qui. Je me prépare à l’échec! J’ai vécu pendant deux ans dans des pantalons en latex qui me donnaient l’air d’être un super héro. Et quand la dépression est arrivée, je ne quittais plus mes pyjamas. Ecrire “Idle Worship”, ça m’a permis de commencer à retrouver ma voix.

« En ce moment, le fait de porter des fringues vintage c’est comme quand je me colorais les cheveux en plusieurs couleurs différentes. Ca me rappelle la personne pleine de couleurs que j’étais, avant même que les gens s’en rendent compte. Pas de superhéro ou une paresseuse en pyjama, mais une fille étrange et enjouée. »

Les paroles de Caught In The Middle: “I can’t think of who I was, cause it just makes me want to cry”?”

« Pour reprendre ce que je disais sur le jour où on trainait dans le parc avant la sortie de Riot. Ces paroles, c’est un mélange entre ce sentiment d’innocence là et le superhéro que je prétendais être pendant l’ère Self-Titled. Il a fallu que je m’éloigne de ces versions de moi pour pouvoir grandir et avancer en tant qu’adulte. Ce n’est pas vraiment du regret, mais plutôt se rendre compte que tout doit bien passer un jour. »

“Pour l’instant, on ne regarde plus vraiment en arrière. Il y a toute une période, après la fin de la tournée pour le Self Titled où je me disais que les meilleurs moments de ma vie étaient déjà passés. C’était comme une sorte de mort. Et puis quand on a eu des démos qui ont commencé à nous plaire, je n’étais plus si négative. Je dois vraiment tout ça à Taylor qui m’a aidée à retrouver du courage pendant cette période. Et maintenant qu’on est là, j’ai l’impression qu’on est dans un nouveau groupe. On sait comment l’honorer et l’apprécier, mais ce n’est plus le moment d’être nostalgique à propos de tout.”

 

Share Our Post

  • Delicious
  • Digg
  • Newsvine
  • RSS
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • Twitter

Related Posts

Comments

There are no comments on this entry.

Add a Comment